le journalisme, c'est là où bat le coeur du monde...

06 juin 2005

Blogosphère vs médias, du papier au web,...

L'accès à l'information. André Duchesne et Maxime Bergeron signent dans la Presse un article sur « Les chemins tortueux de l'accès à l'information ». Cet article parle d'une enquête réalisée par 89 journalistes sur la loi sur l'accès à l'information. Ces journalistes, se faisant passer pour des citoyens, se sont présentés dans des bureaux d'organismes assujettis à la Loi et ont demandé des documents de base ne contenant aucun renseignement personnel. Seuls 32% d'entre eux ont obtenu les documents. Lire l'article : http://www.cyberpresse.ca/actualites/article/article_complet.php?path=/actualites/article/28/1,63,0,052005,1049052.php&skip_inter=1

Insolite. L'Association Mondiale des Journaux, en Congrès à Séoul, a publié un rapport sur les tendances de la presse mondiale. Le rapport évoque entre autres quelques situations insolites dans le monde, comme en Guinée équatoriale, où les journaux sont photocopiés car il n'existe pas de presse d'imprimerie. L'AFP énumère ces exemples dans une dépêche. Lire la dépêche : http://www.cyberpresse.ca/insolite/article/article_complet.php?path=/insolite/article/30/1,10102,0,052005,1051054.php

Finances. Ce rapport détaille également la situation de la presse écrite en 2004, dans le monde. Une bonne année, selon cette étude, puisque la presse écrite quotidienne mondiale a connu une progression de 2,1 % de ses ventes et de 5,2 % de ses recettes publicitaires. Lire l'article sur le Nouvel Observateur : http://permanent.nouvelobs.com/medias/20050530.OBS8206.html

Du papier au web. Redaction.be, le site des spécialistes de l'information en ligne, propose un article intitulé « Adapter un document papier au web ». L'auteur, Jean-Marc Hardy détaille les différentes étapes à suivre, au niveau de la structure, de la typographie, de l'illustration ou encore de l'interactivité.
Lire l'article : http://www.redaction.be/exemples/dupapierauweb_avr_05.htm

Droit d'informer. L'ouvrage « Le droit d'informer : le rôle des médias dans le développement économique » a été rédigé par divers spécialistes en matière de presse et de développement, réunis par la Banque mondiale. Ils étudient les rapports entre les médias et la politique, l'économique, les secteurs publics et privés,... Ouvrage de réflexion, « Le droit d'informer » juge les effets nuisibles que peut causer un journalisme irresponsable et contraire à l'éthique ».
Le droit d'informer : le rôle des médias dans le développement économique, la Banque mondiale, éditions De Boek Université, Coll. Culture & Communication, 2004, 408 p., 35,50 EUR. ISBN 2-8041-4318-X

Le blog, une alternative ? Les blogs ont leur succès, et d'après une étude américaine, 80 % des internautes américains consulteraient les blogs "pour y trouver des informations qu'on ne trouve pas ailleurs" . Presse alternative, alternative à la presse ? Bertrand Le Gendre fait le point dans l'article « La blogosphère contre les médias ». Lire l'article : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-653226,0.html
categorynet.com

Posté par observateur à 14:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Pour une autre forme de débat autour des images

Publicités, magazines, télévision... L'image fait partie intégrante de notre quotidien. Comment les professionnels (iconographes, services photo,...) peuvent-ils agir pour que l'image retrouve son sens ? A défaut de pouvoir apporter une solution miracle à ce qu'elles appellent la précarisation de l'image, quatre femmes ont décidé de créer un espace de discussion et de réflexion sur le web, un lieu d'échange qui invite à se retrouver et à s'exprimer autrement que par l'image. Catherine Harmant, l'une des initiatrices du JDL (Journaliste de l'Image) avec Camille Pillias, Brigitte Sondag et Jeanne-Marie Woitiée, nous présente ce projet apparu sur le web le 23 mai dernier.

Posté par observateur à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2005

Informer, amuser, interpeller

Utiliser l'humour sans basculer dans l'indécence, faire sourire sans tomber dans l'obscénité, interpeller et intéresser à l'actualité en quelques coups de crayon,... C'est le boulot du dessinateur de presse. Julien Laurent, plus connu sous le nom de Julo, dessine l'actualité avec un talent remarquable. Il nous fait découvrir sa passion pour l'illustrationde presse.

Posté par observateur à 19:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2005

Le Festival de Gnaoua d'Essaouira, une 8-ème édition exceptionnelle avec plus de 300 chanteurs et musiciens venus du monde entier

S'exprimant en sa qualité de président-fondateur de l'Association Essaouira-Mogador, M. Azoulay a mis en perspective " la qualité et la Créativité " de la programmation musicale du festival et la détermination de ses organisateurs " à donner du sens à ces grands moments de plaisir et d'émotion ".

" La fusion de toutes ces musiques qu'il s'agisse du jazz ou du blues avec toutes les partitions du répertoire de grands maâlems est aussi l'expression délibérée d'un choix qui privilégie les richesses et les promesses du métissage ", a souligné M. Azoulay, en rappelant que ce parti-pris n'a pas toujours été facile ou consensuel.

En 2005, a précisé le président de l'Association Essaouira-Mogador, près de 300 musiciens et chanteurs venus du Maroc, d'Afrique, d'Asie, d'Europe et des Etats Unis, se produiront sur les neuf espaces et scènes qui seront installés pour cette 8-ème édition.

C'est une année-charnière, a indiqué M. Azoulay, en insistant sur la nécessité de doter Essaouira des infrastructures, des moyens et de l'environnement institutionnel et financier qui vont lui permettre de pérenniser son programme et ses performances.

Le Conseiller de SM le Roi a mis en relief dans ce contexte l'engagement et la mobilisation des autorités provinciales et des élus pour conforter la démarche des organisateurs et des promoteurs du Festival.

Pour sa part, Mme Neila Tazi, Directrice générale de ''A3 Communication'' qui produit et organise le Festival d'Essaouira, a indiqué que le budget consacré à ce festival depuis sa création, s'est multiplié par 7 en passant de 600.000 DH lors de la première édition en 1998 à 4.700.000 DH en 2004, ce qui témoigne de l'ampleur de cette manifestation hors-normes.

La 8-ème édition de ce festival, offre une programmation aussi fascinante qu'universelle, respectant les valeurs de fraternité et d'universalité chères à la cité des Alizés. Cette manifestation déclinera, quatre jours durant, son esprit unique autour des formules magiques qui guident chaque année le public comme les musiciens invités à Essaouira.

Pour la première fois, l'égyptien Fathy Salama sera sur la scène d'Essaouira. Le pianiste compositeur, considéré comme l'inventeur de la " Jeel ", la pop arabe, précieux collaborateur de Youssou N'Dour sur son dernier album " Egypt ", offrira à Essaouira un répertoire né de sa rencontre avec l'un des derniers virtuoses du rango (sorte de marimba venu du Sud du Soudan), Hassan Bargamoun, aux côtés de ses musiciens gnaoua égyptiens.

Au programme de cette édition également, de grands artistes internationaux comme le poète-musicien réunionnais Danyel Waro, le duo sénégalo-suédois Elika (violon) et Solo (kora), la magie des percussions indiennes avec le Singapourien Nantha Kumar, le bassiste guadeloupéen Etienne Mbappé du groupe Joe Zawinul Syndicate, le batteur franco-congolais Roger Biwandu, le flûtiste français Majik Malik, ex-membre du groupe Human Spirit, l'étonnant percussionniste arménien, Arto Tunçboyaciyan et bien d'autres.

Un hommage sera rendu lors de ce festival à Abderrahmane Paco, qui a marqué de son empreinte la musique gnaouie et contribué à la diffusion de cette culture et à sa valorisation dans les années 70. Ce maître du hajhouj, qui a connu son summum de gloire avec le groupe Nass El Ghiwane, a laissé une empreinte indélébile dans le paysage musical marocain.

Source:MAP

Posté par observateur à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2005

Médias traditionnels et blogs: le grand rapprochement

Les médias traditionnels (presse, radios...) manifestent un intérêt croissant pour les "blogs", journaux personnels sur le web, accueillant sur leurs sites blogs de lecteurs ou de leurs journalistes.

Pour le sociologue Jean-Marie Charron, le phénomène s'inscrit dans un "mouvement des médias qui essaient d'obtenir des paroles de vrais auditeurs, vrais téléspectateurs et vrais lecteurs".

"Si certains journalistes ont désormais créé leur propre weblog, d'autres publient de véritables magazines en ligne. En France, le mouvement, initié par Libération, est récent mais se développe rapidement et les blogs commencent à se multiplier" dans la presse, constate Six Apart, citant SVM, Le Nouvel Observateur, VNU, 01 Informatique. Europe 2 a démarré il y a quinze jours.

Posté par observateur à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2005

Google, MSN, Yahoo : le grand combat

Le Journal du Net entame un panorama comparatif des différents services proposés par les trois grands moteurs de recherche américains, qui se livrent une bataille acharnée pour séduire un public toujours plus large, en agrandissant sans cesse leurs domaines d'application (recherche, divertissement, e-commerce, contenu, services mobiles, communautaires, etc.). Pour chaque thématique, le JDN a désigné lequel des trois acteurs semblait le plus performant. Le premier volet de notre enquête s'intéresse aux spécificités de leurs outils de recherche respectifs. 

C'est Google qui s'impose nettement dans ce comparatif des caractéristiques des moteurs de recherche. Son antériorité, la richesse de ses fonctionnalités et leurs performances le placent devant MSN Search et Yahoo Search. Pour autant, les deux concurrents comblent rapidement le fossé qui les séparent de Google. D'une part, comme le JDN a pu le constater lors d'une précédente enquête comparative (lire l'article du 20/04/05), l'écart de qualité entre les résultats des moteur de recherche de Google et de Yahoo est aujourd'hui relativement faible. D'autre part, sur le plan des fonctionnalités, les différences s'estompent.

Pour rattraper son retard, Yahoo a choisi la croissance externe et acquis Overture en juillet 2003. Ce rachat lui a permis non seulement de se doter d'un réseau de liens sponsorisés, mais aussi de mettre la main sur différentes technologies de recherche (Inktomi, Fast, Altavista).

Du côté de Microsoft, la démarche fut différente. MSN a eu recours au partenariat (MSN utilisait la solution de recherche de Yahoo jusqu'en février 2005) tout en développant en parallèle une solution en interne. Pour mettre au point MSN Search, il aura fallu pas moins de deux années de R&D et 100 millions de dollars d'investissement.

Look, fonctionnalités : pour le moment, les deux challengers suivent l'exemple du maître

Les deux challengers n'ont pas été particulièrement audacieux dans leur stratégie de conquête du domaine réservé de Google. L'observation de Yahoo et de MSN Search ne laisse pas de doute sur le modèle qui a inspiré les deux acteurs : même sobriété dans la page d'accueil, même choix d'un fond de page blanc pour éclairer la page de résultats, même couleurs pastel retenues pour distinguer les liens sponsorisés en tête de page, même présentation des résultats...

De même dans les fonctionnalités, Google a souvent servi d'exemple, que ce soit pour le système de cache, ou pour les outils intégrés dans le moteur (conversion de devises, traduction, définition de mots, etc.). Reste maintenant à savoir si "faire aussi bien que Google" sans être particulièrement innovant sera suffisant pour convaincre les internautes de délaisser le leader. Pour l'instant, le moteur de recherche de Larry Page et Serguei Brin conserve une large avance, avec près de 80 % de parts de trafic issu de la recherche.. Le journal du net

3 mai 2005 - Pour Florence et Hussein. Le 3 mai, à l'occasion de la Journée Internationale de la Liberté de la Presse, Gilbert Laval  organise une nouvelle manifestation en soutien à Florence et Hussein, réservée aux journalistes. 100 journalistes et étudiants ont rendez-vous sur la place du Capitole avec leur outil de travail et vêtus de noir. Immobiles et baillonnés, ils garderont la pose en silence pendant que des tambours rythmeront la scène.

Posté par observateur à 17:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2005

Liberté de la presse.

Le 3 mai prochain, comme tous les ans, c'est la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse. L'Association Mondiale des Journaux propose sur le site www.worldpressfreedomday.com des dessins, des articles, des photos ou encore des affiches sur le thème de la liberté d'informer.

Guides pratiques.

Le journaliste Lorenzo Soccavo propose sur son site Internet une sélection de quelques guides pratiques destinés aux auteurs et professionnels de l'écrit. Des guides téléchargeables librement et gratuitement sur Internet.
http://lorenzo.soccavo.free.fr/bibliotheque.htm

Posté par observateur à 14:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 mars 2005

Un mythe à mille couleurs :

          Ouarzazate : le  portail du désert

Entourée par des  oasis , des chaînes de  montagnes enneigées,  bordée par la palmeraie et les  ksours, Ouarzazate offre toutes  les sensations qui embellissent les touristes venants de tous les coins du monde.

Ouarzazate, qui signifie en berbère 'sans bruit', s'étend à 528 Km de la capitale Rabat, c'est une station inévitable à tous ceux  qui veulent découvrir le sud du maroc. Les Ouarzazis sont connus par leur hospitalité et leur générosité, une tradition historique qui caractérise les régions du Sud au Maroc. Une notoriété qui n'a rien de fortuit .Cette vocation s'est renforcée par l'inauguration des studios cinématographiques , considérés comme les plus grands au monde. Cette ville majestueuse  a tant séduit les réalisateurs et les acteurs à renom international  pour le tournage de leurs films, elle tient de se hisser au pôle mondial du septième art, ainsi,Ouarzazate est devenu un  caméléon rivalisant les prestigieuses Hollywood et Bollywood.    

Depuis sa création en 1928, Ouarzazate représentait un carrefour stratégique des routes de Marrakech à Agadir. C'est la ville de la convergence des cultures et de l'artisanat, marquant le point du départ de la route des oasis. Elle est à la croisée des chemins entre la vallée du Drâa- qui creuse son lit jusqu'à Agadir- du Dadès- issu du Haut-Atlas et du Ziz qui nourrit l'immense palmeraie du Tafilalet avant de s'égarer dans les sables de Taouz. A Kelâa des M'Gouna , on découvre la plus fascinante roseraie de la vallée de Drâa.

Deux splendides kasbahs  retiennent l'attention de tout visiteur de la ville :la kasbah de Taourirt et d' Aît Benhaddou, située à 30kilomètres de la ville,  tant éblouissantes et époustouflantes .Elles étaient les plateaux   idéals des deux fameux films ' Un Thé au Sahara' et 'Lawrance d'Arabie'. L'UNESCO a marqué ces deux monuments dans le patrimoine mondial,  un couronnement mérité.

En 2004, une équipe de géologues  marocains, suisses, français et américains, a découvert à Ouarzazate le plus ancien dinosaure du monde âgé de 180millions d'années, et on lui a attribué le nom  de 'Soromode'.

Ouarzazate est un spectacle mythique inédit, une fusion historique de tous les charmes du Sud Marocain, bref, c'est le présent éternel de la nature.

Ouarzazate,t' es toujours dans mon cœur !! S.RODI

A myth to one thousand color:

          Ouarzazate: the portal of the desert.

Surrounded by oases, of the chains of snow-covered mountains, edged by the palm grove and the ksours, Ouarzazate offers all sensations that embellish the come tourists of all corners of the world.

Ouarzazate, that means in Berber ' without ' noise, spreads to 528 Km of the Rabat capital, it is an unavoidable station to all those that want to discover the south of the Morocco. The Ouarzazises are known by their hospitality and their generosity, a historic tradition that characterizes the regions of the South to Morocco. A fame that doesn't have anything fortuitous. This vocation reinforced itself by the inauguration of the film studios, considered like the biggest to the world. This majestic city seduced the directors and the actors so much to international renown for the filming of their movies, it holds to hoist itself to the world pole of the seventh art, thus,Ouarzazate became a chameleon vying the prestigious Hollywood and Bollywood.   

Since its creation in 1928, Ouarzazate represented a strategic crossroads of the roads of Marrakech in Agadir. It is the city of the convergence of the cultures and the handicraft, prominent the point of the departure of the road of the oases. It is at the crossing of the paths between the valley of the Drâa - that digs its bed until Agadir - of the Dadès - descended of the High Atlas and the Ziz that feed the immense palm grove of the Tafilalet before getting lost in the sands of Taouz. In Kelâa of the Me Gouna, one discovers the most fascinating rosary of the valley of Drâa. 

Two splendid kasbahs keeps the attention of all visitor of the city: the kasbah of Taourirt and of ' Aît Benhaddou, situated to 30kilometres from the city, so much glaring and astonishing. They were the trays idéals of the two famous 'movies A Tea in the Sahara ' and 'Lawrance of Arabia '. The unesco marked these two monuments in the world heritage, an earned coronation.

In 2004, a team of Moroccan, Swiss, French and American geologists, discovered in Ouarzazate most former dinosaur of the world aged of 180millions of years, and one assigned him the name of 'Soromode '.

Ouarzazate is an unpublished mythical spectacle, a historic fusion of all charms of the South Moroccan, brief, it is the eternal present of the nature.

I looooove you Ouarzazate!!! S.RODI

Posté par observateur à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cliché:

Cette fois, le Maroc a bougé.

La marche de dimanche 6 mars 2005 a renoué le cordon de l'unanimité d'un peuple autour des causes de principes. Oui, cette marche a une âme prticulière. Cette fois-ci, les Marocains veulent  exprimer leur vif soutien à leurs frères détenus à Tindouf.

Quatre cent huit Marocains sont emprisonnés dans des camps sur le territoire algérien. Le crime, ce n'est pas seulement la détention injuste de citoyens, mais c'est le silence incomprhénsible du premier responsable de cette tragédie : le régime algérien. Aussi cette affaire reste-elle recluse et sans résolution depuis des décennies.

A l'intérieur de cette mer humaine, une âme digne, soudée et bien droite surgissait, et Rabat offrait au monde un spectacle à mille messages...Venant de toutes les régions et villes du Royaume, de Tanger à Lagouira, et représentant les différentes composantes de la société civile et de la classe politique, les manifestants ont crié, des heures durant, leur exaspération face à une situation qui n'a que trop duré et revendiqué le retour sans délai des détenus.

L'opinion publique marocaine sait où règne, désormais, la raison. Dimanche 6 mars, on ravive nos mémoires par tous nos compatriotes oubliés, mais pas perdus. Ce que nous demandions est très simple : que des Marocains, comme nous, jouissent de leur liberté. De ce fait, si j'ai choisi de marcher, c'est parce qu'une personne, proche de moi, torturée, et souffre derrière des barreaux algériens. En vérité, nous somme tous concernés  et, aucun de nous, ne peut être complice.

Posté par observateur à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Blogging:

Les bloggueurs ont désormais leur "Comité de Protection". Ce comité (http://committeetoprotectbloggers.blogspot.com) mène des actions au nom de personnes emprisonnées pour avoir exprimé leur opinion sur un blog.

Posté par observateur à 14:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]